Thursday, August 3, 2017

Le pape François rend hommage à saint Ignace



Maxime Halvick, le 01/08/2017 à 16h17


Lundi, jour de la saint Ignace de Loyola, une messe a été présidée à Rome par le supérieur général des jésuites.

Le pape François, lui-même jésuite, lui a rendu hommage par un court message posté sur Twitter.



Le Père Arturo Sosa Abascal, Supérieur général de la Compagnie de Jésus en janvier 2017 à Rome. / M.Migliorato/CPP/Ciric/Catholic Press Photo


« Comme Saint Ignace de Loyola, laissons-nous conquérir par le Seigneur Jésus et, guidés par lui, mettons-nous au service du prochain ». Fils spirituel du saint espagnol, fondateur de la Compagnie de Jésus (« jésuites »), le pape François lui a rendu hommage lundi 31 juillet à travers un tweet.

Le même jour, et après avoir célébré à Namur la création de la nouvelle province d’Europe occidentale francophone, le Père Arturo Sosa, supérieur général des jésuites, a présidé la messe annuelle en mémoire d’Ignace de Loyola dans l’église du Gesu à Rome, l’église-mère de la Compagnie.
« Adapter la Compagnie de Jésus aux temps nouveaux »

Interrogé par Radio Vatican, le Père Arturo Sosa identifie deux missions principales pour son ordre aujourd’hui. Une « mission de réconciliation avec Dieu, des hommes entre eux et avec la Création ». Le Père Sosa appelle donc à travailler pour davantage de justice sociale et, surtout, à « beaucoup de dialogue interculturel et interreligieux (…) parce que les religions, ensemble, peuvent donner une grande contribution à la réconciliation entre les êtres humains ».

Le général des jésuites estime aussi que ces derniers ont un rôle de « conversion des institutions » vers plus de « discernement ». Un mouvement déjà entamé par le pape François, souligne-t-il.

À LIRE : « Les jésuites peuvent aider à se structurer intérieurement »

Né en 1491 dans le Pays basque espagnol, Ignace de Loyola participe dans ses jeunes années à la guerre qui oppose Navarre et Castille au royaume de France. Grièvement blessé, il se consacre durant sa longue convalescence à la lecture d’ouvrages religieux et s’engage pleinement dans l’activité missionnaire. En 1534, il fonde la Compagnie de Jésus, pour un renouveau catholique dans le contexte troublé de la Réforme et bientôt des guerres de religion.

Maxime Halvick




Monday, July 3, 2017

Les secrets HORRIBLES du VATICAN dévoilés au grand jour (DOCUMENTAIRE CO...

Madrid : des centaines de milliers de personnes réunies pour la «WorldPride parade»



Mis à jour le 01/07/2017 à 21:55




EN IMAGES - La capitale espagnole accueille la cinquième édition de la plus importante marche mondiale pour les droits des personnes homosexuelles, bi et trans.


Avec 52 chars et un slogan, «Viva la vida», des centaines de milliers de manifestants ont pariticipé samedi à Madrid à la plus importante marche mondiale pour les droits des personnes homosexuelles, bi et trans (LGBT).


À partir de 17 heures, cette cinquième édition de la «WorldPride parade» - après celle de Toronto en 2014 et avant celle de New York en 2019 - pourrait réunir un à deux millions de personnes selon les organisateurs, dans la capitale espagnole aux 3,5 millions d'habitants. L'an dernier, 800.000 à 1,2 million avaient participé à la «marche des fiertés» annuelle à Madrid, selon le Collectif LGBT de Madrid.

«C'est une manifestation politique, revendicative, derrière son aspect festif et ludique», affirme le président de la Fédération LGBT espagnole (FELGBT), Jesus Generelo, en réponse à ceux qui jugent qu'elle a pris une tournure trop mercantile et frivole.

Le joyeux cortège arc-en-ciel, animé par les drag-queens les plus extravagantes, s'est ébranlé vers 17h00 (15h00 GMT), dans la capitale de 3,5 millions d'habitants.

Wednesday, June 21, 2017

Satan existe-t-il vraiment? La question divise l'Eglise catholique





Le pape François et Arturo Sosa, le supérieur général des jésuites, lors d'une rencontre au Vatican. - Observato Romano - AFP




Le diable n'est pas qu'une vue de l'esprit, pour le pape Français. Pour le nouveau supérieur général de l'ordre des jésuites, il ne s'agit au contraire que d'une figure symbolique inventée par les hommes.


Si Dieu existe, alors pourquoi pas le Mal? Pourquoi les guerres, pourquoi les génocides? Lorsque ces questions réapparaissent dans les débats internes à l'Eglise catholique, note Le Figaro, la controverse ne passe pas inaperçue. Surtout quand elle oppose le père Arturo Sosa, nouveau supérieur général des jésuites et le pape François, lui-même issu de cet ordre.

Dans une interview accordée le 31 mai au quotidien espagnol El Mundo, le prêtre vénézuélien ne voit en Satan qu'une figure symbolique.


"Nous, les chrétiens, nous croyons que nous sommes faits à l'image de Dieu, parce que Dieu est libre. (...) Nous avons créé des figures symboliques, comme le diable, pour exprimer le mal", affirme ainsi Arturo Sosa, le nouveau supérieur général de la Compagnie de Jésus.

Pour lui, l'idée du diable est la question du libre arbitre. "De mon point de vue, le mal fait partie du mystère de la liberté. Si l'être humain est libre, il peut choisir entre le bien et le mal. Nous, les chrétiens, nous croyons que nous sommes faits à l'image et à la ressemblance de Dieu, parce que Dieu est libre, mais Dieu choisit toujours de faire le bien parce qu'il est toute bonté. Nous avons créé des figures symboliques, comme le diable, pour exprimer le mal", insiste Arturo Sosa.
Le pape sur une ligne radicalement différente

François, et l'opposition entre les deux est d'autant plus symboliquement importante qu'il est le premier pape jésuite de l'histoire, est d'un avis opposé. Elu en 2013, il lançait le 30 octobre 2014: "À cette génération, et tant d'autres, on a fait croire que le diable est un mythe, une image, une idée, l'idée du mal. Mais le diable existe et nous devons lutter contre lui. C'est ce que dit Saint-Paul, ce n'est pas moi qui le dis! La parole de Dieu le dit. Mais pourtant, nous n'en sommes pas vraiment convaincus."

La position papale semble plus conforme à la tradition jésuite, en référence au débat qui les opposa aux jansénistes sur la question de la grâce. Mais surtout le "pape noir" comme est traditionnellement nommé le chef des jésuites, est connu pour son engagement politique à gauche.




Sunday, May 7, 2017

Le Pape François recevra Donald Trump mercredi 24 mai au Vatican




François \ Activités



Le Pape François rencontrera le président des États-Unis Donald Trump le mercredi 24 mai 2017 au Vatican. - REUTERS
04/05/2017 18:24


(RV) Le Pape François recevra le président des États-Unis Donald Trump mercredi 24 mai 2017 au Vatican, a confirmé ce jeudi 4 mai la Salle de presse du Saint-Siège dans un communiqué. Il précise que Donald Trump rencontrera ensuite le cardinal secrétaire d’État du Saint-Siège Pietro Parolin, ainsi que Mgr Paul Gallagher, secrétaire pour les Rapports avec les États. Il s’agira de la première rencontre entre le Pape et le nouveau président américain. Elle se déroulera après des voyages en Arabie saoudite et Israël, ses premiers à l'étrangers, et un déplacement à Bruxelles le 25 mai puis à Taormina (Sicile) pour le sommet des chefs d'Etat et de gouvernement du G7 les 26 et 26 mai.

Lors de la prestation de serment de Donald Trump, le 20 janvier, le pape avait prié pour que ses décisions soient «guidées par les riches valeurs spirituelles et éthiques» du peuple américain, avec une «préoccupation pour les pauvres et les exclus». Donald Trump s'était dit impatient de rencontrer le pape à l'occasion de son voyage à Taormina.

(SBL)



Megastructures de légende - Le colisée (HD)