Tuesday, September 26, 2017

Main-mise bergoglienne sur l’information : les Jésuites à la tête de la communication vaticane




— 22 septembre 2017




Contrôler l’information est un impératif pour tout idéologue au pouvoir. Le pape François qui s’est arrogé le rôle de transformer totalement le monde catholique selon un dessein idéaliste personnel et des certitudes subjectives propres n’échappe donc pas à la règle. Il se veut novateur dans tous les domaines. Et réformateur grandiose d’une Église, pourtant déjà bien soumise à l’esprit révolutionnaire conciliaire, mais encore trop apathique, pharisienne, pas assez moderne et ouverte sur un monde enradicale mutation anthropologique, métamorphosequ’il a choisi de chaperonner.Atteindre cet objectifrévolutionnaire est son idée-fixe,sûr qu’il est que son idéologiemessianique d’un divin progrès toujours en chemin bâtira un« lendemain qui chante » pour un « genre humain transfiguré ».

Entouré d’une cour de favoris soucieux de leur place dans les Palais Apostoliques, de dévots admirateurs d’une humilité criante et criarde et d’alliés attachés à faire sombrer au plus vite la barque de Pierre dans les eaux troubles du relativisme syncrétiste, il annonce une étrange Bonne Nouvelle, humanitariste et marxiste, centrée exclusivement sur le « social » et une « miséricorde » qui n’a pour fondement que lareligiosité gnostique et égocentrique de Jorge Maria Bergoglio.

Les médias du système laïcards et anti-catholiques l’aident souverainement bien dans la promotion de son message avant-gardiste prônant l’émancipation de l’humanité d’une morale naturelle et divine, la fin de l’identité des peuples et des nations, la ruines des restes de catholicité sur une terre déchristianisée.

Mais pour mieux contrôler une information essentielle à la manipulation des masses, dorénavant tous les médias du Vatican seront sous la domination de la puissante Compagnie de Jésus toute dévouée au pape ignacien et à sa théologie de la praxis pourlibérer le peuple de Dieu des « chicaneurs moralisants », « momies de musée » et « idéologues de l’abstrait ». Le monde est en progrès et il faudra que tous marchent avec lui : pas de liberté pour les ennemis de la liberté !

Hier matin, jeudi 21 septembre, a donc été signé au Vatican,concernant le nouveau dicastère pour la Communication voulu par le pape François, un accordentre le préfet de la Secrétairerie pour la communication, monseigneur Dario Edoardo Viganò, et le père Juan Antonio Guerrero Alves, délégué dusupérieur général des Jésuites, le père Arturo Sosa Abascal, à la doctrine hétérodoxe. Le pape en blanc et le pape « noir » tous deux jésuites progressistes, se retrouvent en ce domaine ! Si l’on rajoute Mgr Viganò, le protecteur du jésuite pro-gayJames Martin, nous ne doutons pas que l’information vaticane sera très probablementoutrancièrement communicative vers les minorités de tout acabit…


« La convention d’aujourd’hui explique Mgr Viganò, est le résultat d’un long processus de compréhension d’une nouvelle situation, de comment la Compagnie de Jésus peut continuer à servir l’Église dans la mission apostolique d’annoncer l’Évangile dans une nouvelle réalité ».

Sur le site Anonimi della Croce, Fra Cristoforo publie cette réflexion ironique mais si pleine de justesse :


«Piste de réflexion : avec le service de la communication vaticane confié aux Jésuites débute la dictature culturelle de Bergoglio. En confiant la communication vaticane aux Jésuites, il a fermé le cercle. Manipuler tout le« service de communication » du Vatican (radio, journaux…). Exactement comme cela convient à un bon dictateur. Comme ce fut le cas en Union soviétique où presse, journaux et livres d’écoles étaient totalement manipulés par le régime. Et ainsi à Cuba, Corée du Nord, etc. Si un dictateur veut imposer son idéologie, il n’y a rien de mieux que manipuler et bombarder le « pueblo » au niveau médiatique avec la nouvelle culture. Et nous savons bien quelle est-elle : la dictature du relativisme. »

Francesca de Villasmundo





Friday, September 8, 2017

Irma: le dernier bilan fait état de 9 morts, 7 disparus et 112 blessés dans les Antilles françaises


Par Le Figaro.fr avec AFP
Mis à jour le 08/09/2017 à 12:59


L'ouragan Irma a fait au moins neuf morts, 112 blessés et sept disparus dans les îles françaises des Caraïbes, selon le dernier bilan donné aujourd'hui par le ministre de l'Intérieur Gérard Collomb.

Le précédent bilan gouvernemental de ce cyclone avait fait état hier, jeudi de quatre morts. L'ouragan, d'une intensité sans précédent, a dévasté les îles de Saint-Martin et Saint-Barthélemy.



En direct - L'ouragan Irma rétrogradé en catégorie 4, état d'alerte à Cuba


Saturday, September 2, 2017

Le gouvernement veut externaliser les contrôles de vitesse


Par AFP agence , lefigaro.fr
Mis à jour le 02/09/2017 à 18:27
Publié le 02/09/2017 à 18:18




Gérard Collomb, le ministre de l'Intérieur. Crédits photo : ERIC FEFERBERG/AFP


Le ministre de l'Intérieur, Gérard Collomb, a indiqué dans un entretien vouloir confier les contrôles de vitesse des automobilistes à des sociétés extérieures, afin de recentrer les policiers et les gendarmes sur leurs missions de sécurité.


Gérard Collomb veut confier les contrôles de vitesse des automobilistes à des sociétés extérieures pour recentrer policiers et gendarmes sur leurs missions de sécurité, indique le ministre de l'Intérieur dans un entretien aux quotidiens régionaux du groupe Ebra.

» Bientôt un radar de poche pour contrôler la vitesse

«Pour affecter gendarmes et policiers à leurs missions prioritaires d'enquête, de sécurité, le principe de confier les aspects matériels du contrôle de vitesse à des sociétés extérieures est une solution pertinente», juge le ministre, notamment dans Le Progrès. «Les communes le font pour les fourrières avec des délégations de service public et cela fonctionne», fait-il valoir.

Collomb assure néanmoins que la verbalisation des automobilistes en excès de vitesse «restera de la compétence des policiers» et que les sociétés extérieures «seront rémunérées au forfait et pas en fonction du nombre de PV» (procès-verbaux).

Au cours du mois, une expérimentaton de contrôle de la vitesse par des prestataires doit être généralisée après avoir été testée en Normandie au printemps. Dans la voiture des forces de l'ordre qui, en circulant, flashe les automobilistes en excès de vitesse, il n'y aura plus ni galon ni uniforme. Le policier et le gendarme vont être remplacés par un employé d'une société privée. Mieux encore: alors qu'il fallait deux fonctionnaires pour faire rouler chaque bolide, il n'y aura plus qu'un seul salarié. Les agents rouleront huit heures chaque jour. Cette méthode, défendue par la délégation interministérielle à la sécurité routière, était là encore présentée pour libérer l'équivalent de 400 fonctionnaires qui étaient mobilisés chaque année sur ce mode de contrôle et les affecter à d'autres missions.

» Radars mobiles: des agents privés au volant

En 2016, la mortalité routière a augmenté pour la troisième année consécutive (3477 morts) après douze ans de baisse, une première depuis 1972. Les principales causes d'accident restaient la vitesse excessive (facteur d'un accident mortel sur trois) et l'alcool (29% des accidents mortels).

(Avec AFP)



Sunday, August 27, 2017

Luciferisme et sacrifices rituels d'enfants dans la haute finance : témo...

Plus de 6.000 requins à bord d'un navire chinois



Par Le Figaro.fr avec AFP
Mis à jour le 28/08/2017 à 00:00
Publié le 27/08/2017 à 23:56




Un navire chinois intercepté dans l'archipel équatorien des Galapagos transportait une cargaison illégale de plus de 6.000 requins dont des espèces menacées d'extinction, a annoncé l'organisation du Parc national dimanche, au troisième jour du procès contre l'équipage.
Dans le cadre des poursuites contre les vingt marins chinois du "Fu Yuan Yu Leng 999", placés en détention provisoire, "il a été déterminé que la cargaison transportée dans les cales incluait plus de 6.623 requins", a fait savoir la réserve dans un communiqué.
Y figuraient des spécimens d'espèces vulnérables et menacées d'extinction comme des requins marteau, des requins-renards à gros yeux ou des requins-renard pélagiques.
L'embarcation de 98 m a été interceptée le 13 août près de l'île San Cristobal, alors qu'elle naviguait illégalement dans les eaux de l'archipel de Galapagos, classé patrimoine naturel de l'Humanité pour sa flore et sa faune uniques.
Les ailerons de requins sont très appréciés des gourmets asiatiques.




Thursday, August 3, 2017

Le pape François rend hommage à saint Ignace



Maxime Halvick, le 01/08/2017 à 16h17


Lundi, jour de la saint Ignace de Loyola, une messe a été présidée à Rome par le supérieur général des jésuites.

Le pape François, lui-même jésuite, lui a rendu hommage par un court message posté sur Twitter.



Le Père Arturo Sosa Abascal, Supérieur général de la Compagnie de Jésus en janvier 2017 à Rome. / M.Migliorato/CPP/Ciric/Catholic Press Photo


« Comme Saint Ignace de Loyola, laissons-nous conquérir par le Seigneur Jésus et, guidés par lui, mettons-nous au service du prochain ». Fils spirituel du saint espagnol, fondateur de la Compagnie de Jésus (« jésuites »), le pape François lui a rendu hommage lundi 31 juillet à travers un tweet.

Le même jour, et après avoir célébré à Namur la création de la nouvelle province d’Europe occidentale francophone, le Père Arturo Sosa, supérieur général des jésuites, a présidé la messe annuelle en mémoire d’Ignace de Loyola dans l’église du Gesu à Rome, l’église-mère de la Compagnie.
« Adapter la Compagnie de Jésus aux temps nouveaux »

Interrogé par Radio Vatican, le Père Arturo Sosa identifie deux missions principales pour son ordre aujourd’hui. Une « mission de réconciliation avec Dieu, des hommes entre eux et avec la Création ». Le Père Sosa appelle donc à travailler pour davantage de justice sociale et, surtout, à « beaucoup de dialogue interculturel et interreligieux (…) parce que les religions, ensemble, peuvent donner une grande contribution à la réconciliation entre les êtres humains ».

Le général des jésuites estime aussi que ces derniers ont un rôle de « conversion des institutions » vers plus de « discernement ». Un mouvement déjà entamé par le pape François, souligne-t-il.

À LIRE : « Les jésuites peuvent aider à se structurer intérieurement »

Né en 1491 dans le Pays basque espagnol, Ignace de Loyola participe dans ses jeunes années à la guerre qui oppose Navarre et Castille au royaume de France. Grièvement blessé, il se consacre durant sa longue convalescence à la lecture d’ouvrages religieux et s’engage pleinement dans l’activité missionnaire. En 1534, il fonde la Compagnie de Jésus, pour un renouveau catholique dans le contexte troublé de la Réforme et bientôt des guerres de religion.

Maxime Halvick




Monday, July 3, 2017

Les secrets HORRIBLES du VATICAN dévoilés au grand jour (DOCUMENTAIRE CO...

Madrid : des centaines de milliers de personnes réunies pour la «WorldPride parade»



Mis à jour le 01/07/2017 à 21:55




EN IMAGES - La capitale espagnole accueille la cinquième édition de la plus importante marche mondiale pour les droits des personnes homosexuelles, bi et trans.


Avec 52 chars et un slogan, «Viva la vida», des centaines de milliers de manifestants ont pariticipé samedi à Madrid à la plus importante marche mondiale pour les droits des personnes homosexuelles, bi et trans (LGBT).


À partir de 17 heures, cette cinquième édition de la «WorldPride parade» - après celle de Toronto en 2014 et avant celle de New York en 2019 - pourrait réunir un à deux millions de personnes selon les organisateurs, dans la capitale espagnole aux 3,5 millions d'habitants. L'an dernier, 800.000 à 1,2 million avaient participé à la «marche des fiertés» annuelle à Madrid, selon le Collectif LGBT de Madrid.

«C'est une manifestation politique, revendicative, derrière son aspect festif et ludique», affirme le président de la Fédération LGBT espagnole (FELGBT), Jesus Generelo, en réponse à ceux qui jugent qu'elle a pris une tournure trop mercantile et frivole.

Le joyeux cortège arc-en-ciel, animé par les drag-queens les plus extravagantes, s'est ébranlé vers 17h00 (15h00 GMT), dans la capitale de 3,5 millions d'habitants.

Wednesday, June 21, 2017

Satan existe-t-il vraiment? La question divise l'Eglise catholique





Le pape François et Arturo Sosa, le supérieur général des jésuites, lors d'une rencontre au Vatican. - Observato Romano - AFP




Le diable n'est pas qu'une vue de l'esprit, pour le pape Français. Pour le nouveau supérieur général de l'ordre des jésuites, il ne s'agit au contraire que d'une figure symbolique inventée par les hommes.


Si Dieu existe, alors pourquoi pas le Mal? Pourquoi les guerres, pourquoi les génocides? Lorsque ces questions réapparaissent dans les débats internes à l'Eglise catholique, note Le Figaro, la controverse ne passe pas inaperçue. Surtout quand elle oppose le père Arturo Sosa, nouveau supérieur général des jésuites et le pape François, lui-même issu de cet ordre.

Dans une interview accordée le 31 mai au quotidien espagnol El Mundo, le prêtre vénézuélien ne voit en Satan qu'une figure symbolique.


"Nous, les chrétiens, nous croyons que nous sommes faits à l'image de Dieu, parce que Dieu est libre. (...) Nous avons créé des figures symboliques, comme le diable, pour exprimer le mal", affirme ainsi Arturo Sosa, le nouveau supérieur général de la Compagnie de Jésus.

Pour lui, l'idée du diable est la question du libre arbitre. "De mon point de vue, le mal fait partie du mystère de la liberté. Si l'être humain est libre, il peut choisir entre le bien et le mal. Nous, les chrétiens, nous croyons que nous sommes faits à l'image et à la ressemblance de Dieu, parce que Dieu est libre, mais Dieu choisit toujours de faire le bien parce qu'il est toute bonté. Nous avons créé des figures symboliques, comme le diable, pour exprimer le mal", insiste Arturo Sosa.
Le pape sur une ligne radicalement différente

François, et l'opposition entre les deux est d'autant plus symboliquement importante qu'il est le premier pape jésuite de l'histoire, est d'un avis opposé. Elu en 2013, il lançait le 30 octobre 2014: "À cette génération, et tant d'autres, on a fait croire que le diable est un mythe, une image, une idée, l'idée du mal. Mais le diable existe et nous devons lutter contre lui. C'est ce que dit Saint-Paul, ce n'est pas moi qui le dis! La parole de Dieu le dit. Mais pourtant, nous n'en sommes pas vraiment convaincus."

La position papale semble plus conforme à la tradition jésuite, en référence au débat qui les opposa aux jansénistes sur la question de la grâce. Mais surtout le "pape noir" comme est traditionnellement nommé le chef des jésuites, est connu pour son engagement politique à gauche.